Articles datés du 26 avril 2013

Nairobi, ton univers impitoyable (1)

Partagez cet article
Partagez cet article
Share
 

L’évènement médiatique de ce mois dernier était bien sûr l‘investiture de notre nouveau président, Uhuru Kenyatta. Mis à part le discours de l’invité d’honneur, le Président Museveni d’Ouganda, qui a parlé des voleurs de bétail se trouvant à la frontière entre le Kenya et l’Ouganda et a sauvagement critiqué la CPI, tout s’est bien déroulé, il n’y a aucun problème majeur.

J’avais rédigé un article faisant hommage à Kibaki ce mois-ci. Et bien, on peut dire que Kibaki nous a bien fait rire car son entrée au stade de Kasarani a étét longue et pénible; par pour nous, pour lui.

Mais le “mzee” a tenu le coup et il a montré qu’il savait encore se débrouiller tout seul…

Certes, il a marché à pas de tortue mais il a tout de même fait trois aller-retour complets de la largeur du stade sous un climat orageux et lourd !!  Malheureusement, impossible de trouver une vidéo de l’entrée de Kibaki au stade
 

****************

Mais, ce n’est pas de cela que les internautes kényens ont le plus parlé. C’est le reportage polémique de la série Jicho Pevu diffusé sur KTN le week-end avant la cérémonie et concernant la mort de Saitoti qui a été le sujet le plus discuté  sur la toile et dans les médias.

Rappel, qui est Saitoti ??
Un homme avec un bagage politique sans précédent !
Saitoti était sans aucun doute LE politicien kényen le plus intelligent et avec le plus d’expérience. Diplomé en mathématique à Sussex (UK), il a été d’abord professeur d’université en mathématique à Nairobi, puis nommé Directeur exécutif de la Banque mondiale et du FMI en 1990-1991, ainsi que Président du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Nommé Vice-Président par Daniel Arap Moi en 1989 afin de remettre les choses en place au sein du parti KANU de Moi, Saitoti est resté Vice-Président du Kenya pendant près de 13 ans (1989-1997). Après plusieurs années difficiles à cause de l’affaire Goldenberg, il est revenu dans la scène politique après avoir été nommé Ministre de l’intérieur sous le Gouvernement Kibaki.

Fin technocrate, c’est à lui que l’on doit le début du pluralisme au Kenya. En effet, une fois nommé par Moi, il a réussi à forcer le dictateur président Moi à scinder son parti KANU en deux autres partis, le KANU-A (plus conservateur) et le KANU-B (plus réformateur) dirigé par Saitoti.

Le protégé de Moi devenu ennemi de KANU !
S’en est suivi plusieurs années de pluralisme, années pendant lesquelles Saitoti a joué, comme tous les autres, au jeu de la chaise musicale politique, passant d’un parti à un autre, en créant un autre, etc.

Devenu l’ennemi de Moi, il a perdu les élections à la présidence de KANU en 2002 après que les partisans de KANU aient changé le règlement pour autoriser la création d’un nouveau parti, le NEW KANU, une alliance entre KANU et le parti de Raila Odinga.

Mais, peu après, à la grande surprise de tout le monde, Moi a nommé un jeune débutant, Uhuru Kenyatta, au poste de président de KANU forçant ainsi Odinga et Saitoti (et bien d’autres politiciens) à rejoindre le nouveau parti de Kibaki (NARC) qui a réussi à battre Moi et KANU aux élections de 2001.